• Violette

A MEDITER : Perles de sagesse de Christiane SINGER


J'ai découvert l'ouvrage, Derniers fragments d'un long voyage. de Christiane SINGER bien après son départ de notre monde terrestre et ses écrits sont "sages".

Si vous ne la connaissez pas encore, je vous partage ses quelques extraits et vous laisse ainsi méditer sur ces paroles profondes.

Belle découverte à vous si vous souhaitez aller à la rencontre de cette auteure.

Violette

"Ce qui est bouleversant, c'est que quant tout est détruit, il n y a pas la mort et le vide comme on le croirait, pas du tout. Je vous le jure. Quand il n'y a plus rien, il n'y a que l'Amour. Il n'y a plus que l'Amour. Tous les barrages craquent. C'est la noyade, l'immersion. L'amour n'est pas un sentiment. C'est la substance même de la création... Je croyais jusqu'alors que l'amour était reliance, qu'il nous reliait les uns aux autres. Mais cela va beaucoup plus loin ! Nous n'avons pas même à être reliés : nous sommes à l'intérieur les uns des autres. C'est cela le plus grand vertige... de l'autre côté du pire t'attend l'Amour. Il n'y a en vérité rien à craindre. Oui, c'est la bonne nouvelle que je vous apporte."

Extrait : Derniers fragments d'un long voyage

"Chaque geste que tu fais peut t'ouvrir ou te fermer une porte. Chaque mot que bredouille un inconnu peut être un message à toi adressé. A chaque instant, la porte peut s'ouvrir sur ton destin et, par les yeux de n'importe quel mendiant, il peut se faire que le ciel te regarde. L'instant où tu t'es détourné, lassé, aurait pu être celui de ton salut. Tu ne sais jamais. Chaque geste peut déplacer une étoile."

"Il est difficile au milieu du brouhaha de notre civilisation qui a le vide et le silence en horreur d'entendre la petite phrase qui, à elle seule peut faire basculer une vie : Où cours-tu ? Il y a des fuites qui sauvent la vie : devant un serpent, un tigre, un meurtrier. Il en est qui la coûtent : la fuite devant soi-même. Et la fuite de ce siècle devant lui-même est celle de chacun de nous. Où cours-tu ? Si tu contraire nous faisions halte - ou volte-face - alors se révélerait l'inattendu : ce que depuis toujours nous recherchons dehors veut naître en nous. Où cours-tu ? Ne sais-tu pas que le ciel est en toi ?

"En prenant dans notre responsabilité ce que nous vivons, ce que nous faisons, ce que nous disons, nous avançons sur un chemin de paix" extrait de" Derniers fragments d'un long voyage"

Ces êtres de dialogue, de partage et de mouvance que nous sommes, vivent de la magie des rencontres, meurent de leur absence. Chaque rencontre nous réinvente illico - que ce soit celle d'un paysage, d'un objet d'art, d'un arbre, d'un chat ou d'un enfant, d'un ami ou d'un inconnu. Un être neuf surgit alors de moi et laisse derrière lui celui qu'un instant plus tôt je croyais être.

Extrait de Éloge du mariage, de l'engagement et autres folies

Il n'y a qu'un crime, c'est de désespérer du monde. Nous sommes appelés à pleins poumons à faire neuf ce qui était vieux, à croire à la montée de la sève dans le vieux tronc de l'arbre de vie. Nous sommes appelés à renaître, à congédier en nous le vieillard amer !

Extrait de "Derniers fragments d'un long voyage"

Bio de Christine SINGER (source wikipédia)

Son père était d'origine juive hongroise et sa mère moitié russe et moitié tchèque. À cause de la persécution des juifs, ses parents fuient la Hongrie, puis l'Autriche, et s'installent en France, à Paris, en 19351. Elle naît huit ans après, en 1943, à Marseille.

Elle est lycéenne et élève du conservatoire de diction et d’art dramatique à Marseille, puis suit des études de lettres à Aix-en-Provence, où elle obtiendra un doctorat de Lettres Modernes2.

En 1968, elle rencontre le Comte Georg von Thurn-Valsassina2, architecte, qui deviendra son mari, et s'installe en 19731 dans son château médiéval de Rastenberg (Autriche), non loin de Vienne, et y élèvera ses deux fils. Ce château lui inspirera l’œuvre romanesque éponyme en 1996 Rastenberg. Elle organise également sur son domaine des séminaires de développement personnel, dans une maison qu'elle a conçue, et que son mari architecte a construite2.

À la fin des années 1970 elle fonde avec l’éditeur Victor Trimondi le Dianus-Trikont-Verlag à Munich.

Elle a suivi l’enseignement de Karlfried Graf Dürckheim (Approche des sagesses orientales telle que le Zazen)

Elle fut notamment, en Suisse, lectrice à l'université de Bâle, puis chargée de cours à l'université de Fribourg.

Son œuvre et sa réflexion personnelle sont tout entières centrées sur la prise en compte nécessaire du spirituel qui couve dans le cœur de chacun. Elle est un écrivain relativement prolifique, de sensibilité chrétienne imprégnée de sagesse orientale, qui s'abstient de donner des leçons de morale et exclut tout dogmatisme. Elle a obtenu plusieurs prix littéraires, dont le prix des libraires pour La Mort viennoise en 1979, le prix Albert-Camus pour Histoire d'âme en 1989, et le prix de la langue française en 2006 pour l'ensemble de son œuvre.

Elle dira à la radio : « J'ai écrit un livre sur Les Âges de la vie. J'ai tenté de montrer ces métamorphoses de l'être au cours de la vie. Il est évident que tout cela ne vaut que si l'on a appris en cours d'existence à mourir. Et ces occasions nous sont données si souvent ; toutes les crises, les séparations, et les maladies, et toutes les formes, tout, tout, tout, tout nous invite à apprendre et à laisser derrière nous. La mort ne nous enlèvera que ce que nous avons voulu posséder. Le reste, elle n'a pas de prise sur le reste. Et c'est dans ce dépouillement progressif que se crée une liberté immense, et un espace agrandi, exactement ce qu'on n'avait pas soupçonné. Moi j'ai une confiance immense dans le vieillissement, parce que je dois à cette acceptation de vieillir une ouverture qui est insoupçonnable quand on n'a pas l'audace d'y rentrer. »

En septembre 2006, lorsque son médecin lui annonce qu'il lui reste six mois à vivre, à la suite d'un cancer, elle écrit un journal au cours de ses derniers mois, qui sera publié sous le titre Derniers fragments d'un long voyage. Christiane Singer est décédée en avril 2007, à l'âge de soixante-quatre ans.

Œuvre

  • Les Cahiers d'une hypocrite, éditions Albin Michel, 1965

  • Vie et mort du beau Frou, Albin Michel, 1965

  • Chronique tendre des jours amers, éditions Albin Michel, 1976

  • La Mort viennoise, éditions Albin Michel, 1978

prix des libraires 1979

  • La Guerre des filles, éditions Albin Michel, 1981

prix Alice-Louis Barthou de l'Académie française5, 1982

  • Histoire d'âme, éditions Albin Michel, 1988, réed. 2001

prix Albert-Camus 1989

  • Rastenberg, éditions Albin Michel, 1996

  • Les Sept Nuits de la reine, éditions Albin Michel, 2002

  • Seul ce qui brûle, éditions Albin Michel, 2006

Prix ALEF 20076

Essais
  • Les Âges de la vie, éditions Albin Michel, 1983, rééd. 1990

  • Une passion. Entre ciel et chair, éditions Albin Michel, 1992, rééd. 2000

prix des écrivains croyants 19937

  • Du bon usage des crises, éditions Albin Michel, 1996

  • Éloge du mariage, de l'engagement et autres folies, éditions Albin Michel, 2000

prix Anna de Noailles de l'Académie française 20005

  • Où cours-tu, Ne sais-tu pas que le ciel est en toi ?, éditions Albin Michel, 2001

  • N'oublie pas les chevaux écumants du passé, éditions Albin Michel, 2005

  • Derniers fragments d'un long voyage, éditions Albin Michel4, 2007 ; essai / récit / journal

Collectif

  • La Quête du sens, collectif, Albin Michel, 2000, réed. 2004. Avec Cheikh Khaled Bentounès, Marie de Hennezel, Roland Rech, Stan Rougier, Lama Puntso, Swâmi Saraswati, Jean-Paul Guetny, Richard Moss.

  • Le Grand Livre de la tendresse, Albin Michel, 2002, collectif, sous la direction de Gérald Pagès, avec les participations de Boris Cyrulnik, Marie de Hennezel, Dr Gérard Leleu, Jean-pierre Relier, Stan Rougier, Dr Michèle Salamagne, Jacques Salomé, Paule Salomon, Christiane Singer

Souces des extraits : ouestfrance et babelio


28 vues

© 2017 Association Accord'Âme

Tous droits réservés

Mentions légales

  • Facebook Social Icon